Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
19 mai 2017

Desjardins, Leloup et Leclerc sous les tropiques

«Des mots sur mesure»

Accompagnée de la troupe bariolée du projet «Des mots sur mesure», l’animatrice de radio Monique Giroux a bravé sa peur de la mouche noire le 18 mai pour faire résonner dans l’Espace Théâtre les voix revisitées de Richard Desjardins, Jean Leloup, Félix Leclerc & co.

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Suzie Silva est l’une des artistes qui participent à l’édition 2017 du projet «Des mots sur mesure» (photo: Simon Dominé – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Suzie Silva est l’une des artistes qui participent à l’édition 2017 du projet «Des mots sur mesure» (photo: Simon Dominé – Le Courant des Hautes-Laurentides).

«Quelle salle extraordinaire!, s’exclame Mme Giroux, dans la lumière tamisée de l’Espace Théâtre. Quel endroit incroyable! Bravo, vous êtes bien équipés! Ça se pourrait qu’on s’installe ici finalement.»

Dès l’ouverture du spectacle, l’animatrice adresse ses félicitations au maigre public. Pour Mme Giroux, qui reprend le tutoiement cher à Fred Pellerin lorsqu’elle s’adresse à Mont-Laurier, ça prenait de «l’audace» pour être là ce soir, car «c’est pas une représentation de La Voix ou de Mike Ward».

Une soirée intimiste

La table est ainsi mise pour une soirée des plus feutrées et intimistes, où la capitale des Hautes-Laurentides reçoit la visite de Montréal et l’exotique cortège des grandes cultures musicales de la planète qui l’accompagne.

«J’avais une petite peur de la mouche noire», confesse Mme Giroux plusieurs fois pendant la soirée, allant même jusqu’à mimer à la brésilienne Jully Freitas une de ces grosses bibittes du Nord se posant sur elle et repartant avec son bras comme un vampire affamé.

Mais ce n’est pas la mouche noire qui a finalement posé le plus problème à l’équipe de l’animatrice. En effet, la pianiste, Marianne Trudel, a dû prendre son mal en patience avec abnégation pour accompagner les artistes présents jusqu’à la fin du spectacle, en dépit de deux douloureux orteils cassés le matin même.

Malgré les craintes (de la mouche noire) et la souffrance (aux orteils), les artistes et musiciens ont emmené les spectateurs dans un exotique voyage aux quatre coins du monde en compagnie des grands de la chanson québécoise, habillés pour l’occasion de déroutantes et charmantes sonorités portugaises, brésiliennes, tziganes ou encore indiennes.

Le principe du projet

Le principe du projet «Des mots sur mesure», dont on doit l’initiative à la Maison de la culture d’Ahuntsic, est simple: on réunit des compositeurs-interprètes issus des différentes cultures musicales du monde et on leur propose de reprendre à leur sauce les plus beaux textes du Québec. Le résultat est étonnant:

On aura ainsi pu entendre «Le cœur est un oiseau» de Richard Desjardins et «Voyager» de Jean Leloup sur des mélodies de l’Inde, mais aussi «L’été» de Philippe B chanté par Samito Matsinhe, Révélation Radio-Canada Musique, arrivé en terre québécoise tout droit du Mozambique en 2005. De son côté, Sergiu Popa a repris à l’accordéon «La prière bohémienne» de Félix Leclerc, tandis que Suzie Silva s’est laissé aller au rythme mélancolique du fado. Présent à la soirée, le maire de Mont-Laurier, Michel Adrien, l’a qualifiée de «fabuleuse» et s’est offert le plaisir d’introduire la seconde partie du spectacle en citant Aimé Césaire: «Non, jamais dans la balance de la connaissance, le poids de tous les musées du monde ne pèsera autant qu’une étincelle de sympathie humaine».C

«C’est avec la richesse des autres qu’on s’enrichit» - Monique Giroux

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel

Météo

Médias sociaux

Activités communautaires

Dernière édition virtuelle

Archives 2017

Archives 2016

Concours

Participer