Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
16 février 2017

La MRC poursuit son combat de longue haleine

Pour contrer le sous-développement numérique des Hautes-Laurentides

Devant le constat de son sous-développement numérique, la MRC d’Antoine-Labelle avait invité dès 2013 les compagnies privées à lui soumettre des projets pour brancher enfin les Hautes-Laurentides à Internet haute vitesse. En vain. Aujourd’hui, la MRC présente son propre projet. Retour en quelques dates clefs sur ce dossier majeur pour l’avenir de la région.

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Depuis 2013, la MRC d’Antoine-Labelle tente de régler le dossier de l’accès à Internet haute vitesse sur son territoire. Sur la photo, Lyz Beaulieu, préfète de la MRC et mairesse de Notre-Dame-de-Pontmain, s’adresse à l’assistance lors de l’assemblée de consultation du 15 février, à Mont-Laurier.
Depuis 2013, la MRC d’Antoine-Labelle tente de régler le dossier de l’accès à Internet haute vitesse sur son territoire. Sur la photo, Lyz Beaulieu, préfète de la MRC et mairesse de Notre-Dame-de-Pontmain, s’adresse à l’assistance lors de l’assemblée de consultation du 15 février, à Mont-Laurier.

Février 2013

Les maires de la MRC d’Antoine-Labelle mandatent la firme Yuvo pour connaître le portrait de la desserte Internet dans les Hautes-Laurentides. Aussitôt l’étude déposée, la MRC interpelle les compagnies privées dans le cadre du Programme «Communautés rurales branchées», afin qu’elles lui soumettent des projets de déploiement d’Internet haute vitesse sur son territoire.

Mai 2013

Deux propositions sont soumises à la MRC, celle de RRI Choice, qui abandonnera son projet en mai 2015 et celle de Communautel, qui a permis de bonifier la couverture Internet dans le secteur de La Macaza.

Août 2016

La MRC d’Antoine-Labelle doit trouver un autre processus pour brancher l’ensemble de son territoire à Internet haute vitesse. Elle demande à Yuvo de mettre à jour son étude de 2013.

Octobre 2016

Devant le constat que la couverture ne s’est pas améliorée depuis la première étude de Yuvo en 2013, la MRC se tourne vers l’option de prendre elle-même en charge le déploiement d’Internet haute vitesse sur son territoire.

Décembre 2016

Une délégation rencontre la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade et lui présente son projet de déploiement d’Internet haute vitesse, afin de voir s’il cadre avec les programmes de soutien financier qui s’annoncent alors, tant à Québec qu’à Ottawa. Ces derniers sont révélés à la fin du mois. Le gouvernement provincial dévoile le Programme «Québec branché», qui met à la disposition des communautés 100 millions de dollars sur un an. De son côté, le gouvernement fédéral propose 500 millions de dollars à travers le Canada, avec le programme «Brancher pour innover». Le même mois, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) déclare qu’Internet haute vitesse est un service essentiel à la qualité de vie des Canadiens et à la vitalité économique des communautés. Les abonnés à un service Internet doivent être en mesure d’avoir accès à des vitesses d’au moins 50 Mégabits/seconde pour les téléchargements, à 10 Mégabits/seconde pour les téléversements, en plus d’obtenir une allocation de données illimitées.

Janvier 2017

La firme Léger est mandatée par la MRC pour conduire un sondage téléphonique auprès de 500 résidants des Hautes-Laurentides. Constats: 96% de la population considère que c’est important d’avoir accès à Internet et 45% de la population à l’extérieur de Mont-Laurier est insatisfaite de la connexion (lenteur de la connexion, prix, ...). Un autre sondage est organisé par la MRC elle-même sur son site web. Les résidents des Hautes-Laurentides sont 2 000 à participer. Verdict: 76% d’entre eux se disent insatisfaits de leur connexion à Internet (qualité, capacité et coût du service).

Février 2017

Suite aux consultations publiques tenues à Rivière-Rouge et Mont-Laurier, le projet estimé à 40 millions de dollars sera déposé au conseil des maires de la MRC le 28 février. On parle d’installer 2 100 km de fibre optique sur l’ensemble du territoire pour rejoindre 90% des immeubles actuellement non desservis par un réseau Internet haute vitesse, à un prix permettant de concurrencer celui des télécommunicateurs privés. La gestion et l’administration du réseau (où passeraient également la télévision et la téléphonie) seraient confiées à une coopérative de solidarité.

Prochaines étapes

La MRC déposera son projet auprès des deux paliers de gouvernement afin d’obtenir du financement le 20 avril 2017. La réponse devrait être connue à l’été 2017. Un calendrier de déploiement d’un réseau d’Internet haute vitesse pourrait alors être décidé et s’étaler sur quatre ans. Le premier client à pouvoir se brancher au réseau pourrait le faire dès le mois d’août 2018.C

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel

Météo

Médias sociaux

Activités communautaires

Dernière édition virtuelle

Archives 2017

Archives 2016

Concours

Participer

À ne pas manquer

Danielle Joly rejoint le club Richelieu/La Lauriermontoise
27 avril 2017

Danielle Joly rejoint le club Richelieu/La Lauriermontoise

Mort de Francis Dufour: Commonwealth Plywood mise à l’amende
27 avril 2017

Mort de Francis Dufour: Commonwealth Plywood mise à l’amende

Kiamika adopte sa politique familiale
26 avril 2017

Kiamika adopte sa politique familiale

Les enfants visitent les ainés du CHSLD Ste-Anne
26 avril 2017

Les enfants visitent les ainés du CHSLD Ste-Anne

Le Marché de la Ferme sera de retour le 16 juin
26 avril 2017

Le Marché de la Ferme sera de retour le 16 juin

Développement durable: la SADC veut aider les entreprises à se mettre au vert
26 avril 2017

Développement durable: la SADC veut aider les entreprises à se mettre au vert