Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
8 août 2018

Pas d’eau courante ni d’eau potable au parc Denis-Ménard

Dek Hockey Mont-Laurier lance une pétition

Alexandre Dubé , Journaliste

La propriétaire de Dek Hockey Mont-Laurier, Vanessa Laroche, aimerait que ses joueurs puissent avoir accès à de l’eau potable à proximité de la surface de jeu, située au parc Denis-Ménard. Elle a lancé une pétition pour appeler la Ville de Mont-Laurier à intervenir le plus rapidement possible (photo: Alexandre Dubé – Le Courant des Hautes-Laurentides).
La propriétaire de Dek Hockey Mont-Laurier, Vanessa Laroche, aimerait que ses joueurs puissent avoir accès à de l’eau potable à proximité de la surface de jeu, située au parc Denis-Ménard. Elle a lancé une pétition pour appeler la Ville de Mont-Laurier à intervenir le plus rapidement possible (photo: Alexandre Dubé – Le Courant des Hautes-Laurentides).

L’organisation de Dek Hockey Mont-Laurier a lancé sur le Web une pétition le 1er août dernier pour réclamer que la Ville de Mont-Laurier rétablisse l’eau courante le plus rapidement possible au parc Denis-Ménard.

Situé dans le secteur de Saint-Jean-sur-le-Lac, le parc Denis-Ménard n’a jamais été desservi en eau potable et est sans eau courante depuis le début de l’été.

Le 6 juillet dernier, le directeur du module qualité de vie à la Ville de Mont-Laurier, Robin Plouffe, a expliqué à Vanessa Laroche, propriétaire de Dek Hockey Mont-Laurier, qu’on a «dû fermer l’entrée d’eau à cause du trop haut taux de coliformes» fécaux. Il lui a assuré que «Des tests sont faits quotidiennement et dès que ce sera mieux nous ouvrirons à nouveau le robinet».

Mme Laroche a proposé de «s’associer au Comité des loisirs et de la culture de Mont-Laurier pour amasser des fonds pour la rénovation du parc Denis-Ménard». Elle aurait été prête à remettre une part des profits découlant de la vente de boisson durant les deux tournois estivaux qu’elle organise pour que la situation se règle.

Mais après plusieurs tentatives infructueuses auprès de la Ville, la propriétaire de Dek Hockey Mont-Laurier a décidé de récolter des signatures «pour démontrer aux responsables à la Ville de Mont-Laurier le besoin criant de réparer les installations au parc Denis-Ménard pour permettre à nouveau aux joueurs de profiter de l’eau courante dans le bâtiment principal».

«C’est des joueurs qui nous ont dit de faire la pétition, parce qu’eux aussi trouvent ça un peu spécial qu’il n’y ait pas encore l’eau», précise Mme Laroche. «Avec les tournois, ce n’est quand même pas super, ajoute-t-elle. Le monde vient ici faire des tournois puis il n’y a même pas d’eau potable. On a l’air un peu BS comme ville.»

Risques de déshydratation

Le parc Denis-Ménard dispose de plusieurs installations sportives, dont deux terrains de tennis, une surface de dek hockey, un terrain de baseball ainsi qu’une patinoire l’hiver, mais les sportifs doivent apporter leur propre bouteille d’eau pour se désaltérer.

«En ce moment, les joueurs sont dans l’obligation d’apporter suffisamment d’eau pour ne pas se déshydrater pendant les matchs, et cela est particulièrement difficile à faire lors de grandes chaleurs, telles que la canicule qui a frappé le Québec au cours des dernières semaines», déplore l’organisation de Dek Hockey Mont-Laurier dans sa pétition.

Mme Laroche a d’ailleurs confié au Courant que le nombre de cas de coup de chaleur avait augmenté cet été, notamment en raison des nombreux épisodes caniculaires.

Et alors que la question de la pollution du plastique défraie la manchette, elle évoquait également l’aspect non écologique de la chose, soulignant que plusieurs utilisateurs des installations sportives utilisent des bouteilles non réutilisables.

Des installations peu salubres

Les propriétaires de Dek Hockey Mont-Laurier sont responsables de la propreté des vestiaires, mais sans eau courante, Mme Laroche ne peut plus passer la vadrouille sur le plancher. Elle donne tout de même un coup de balai, mais ne croit pas que ça soit suffisant.

De plus, l’entretien des toilettes était particulièrement déficient, les cuves de celles-ci étant cernées et rouillées. La Ville les a remplacées par des neuves la semaine dernière, mais la décrépitude des anciennes était telle que les joueurs de dek hockey disaient à la blague que ça devait être rendu plus simple de les changer que de les laver.

Selon Vanessa Laroche, les nouvelles cuves de toilettes pourraient bientôt présenter des cernes semblables aux anciennes puisque l’eau qui s’y retrouve après que l’on ait tiré la chasse est jaunâtre, étant donné son insalubrité.

Elle espère «au moins qu’ils commencent le projet». «S’ils me disent deux ans, parfait, ça va être fait dans deux ans, je m’en fous, je veux juste que ça soit fait, que les démarches soient commencées», réclame-t-elle.

La Ville prise au dépourvu

La Ville de Mont-Laurier a semblé être prise de court lorsque Le Courant l’a interpellé à ce sujet. «Moi j’en ai entendu parler tantôt [suite à la réception des questions du Courant], je ne savais pas», a reconnu le maire de Mont-Laurier, Daniel Bourdon, en entrevue.

«On va prendre connaissance du dossier», a déclaré la conseillère en communication de la Ville, Isabelle St-Jean, suite à quoi le maire a ajouté «puis te revenir assez rapidement». «Je ne sais même pas si c’est un puits artésien ou un puits de surface», reconnaît-il.

On n’était pas en mesure d’expliquer pourquoi ce parc n’a jamais été desservi en eau potable, pourquoi il y avait une si grande présence de coliformes fécaux dans l’eau courante non potable, ni pourquoi on n’était pas encore intervenu plutôt que de faire quotidiennement des tests de qualité de l’eau.

Isabelle St-Jean assure toutefois que «la Ville procède à diverses analyses pour évaluer les coûts des installations pour offrir ce service aux utilisateurs du parc». «Cette analyse sera traitée dans le cadre de la planification budgétaire 2019», précise-t-elle.

On envisagerait notamment d’établir un partenariat avec la Commission scolaire Pierre-Neveu (CSPN) dont l’école primaire de Saint-Jean-l’Évangéliste, située de l’autre côté du stationnement, est desservie en eau potable.

Les gens qui souhaitent apposer leur nom à la pétition peuvent le faire en ligne en se rendant au https://www.petitions24.net/eau_courante_au_parc_denis-menard. Au moment d’aller sous presse, la pétition recueillait 38 signatures. Vanessa Laroche aimerait franchir le plateau des 500 signataires.

«Le monde vient ici faire des tournois puis il n’y a même pas d’eau potable. On a l’air un peu BS comme ville.»

- Vanessa Laroche, propriétaire de Dek Hockey Mont-Laurier

Partager:

Alexandre Dubé , Journaliste

  • Courriel