Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 août 2018

Festival de musique country de Lac-des-Écorces

Une deuxième édition sous le dôme

Kathleen Godmer , journaliste-pigiste

Sandy Miller avec le maire Pierre Flamand, lors de la première édition du festival à Lac-des-Écorces, en 2017 (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Sandy Miller avec le maire Pierre Flamand, lors de la première édition du festival à Lac-des-Écorces, en 2017 (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Ce seront quatre jours de festivités à saveur country/western que nous présentera le Festival de musique country de Lac-des-Écorces du 16 au 19 août prochain. Avec Gaétane Beaubien à l’animation et One Way, Dan Loyer et André Proulx à la direction musicale, la fin de semaine s’annonce des plus prometteuses pour les amateurs de ce style de musique.

Soucieux d’offrir une programmation variée et de qualité, le comité organisateur propose cette année des spectacles d’artistes de renom tels que «The Ring of Fire: A Johnny Cash Experience» le jeudi soir, J.C. Harrison le vendredi soir, Louis Bérubé le samedi soir et Dani Daraîche (avec sa mère, Julie, qui en est à sa dernière tournée de spectacles avant de prendre sa retraite) le dimanche après-midi.

Plusieurs autres artistes seront en spectacle tout au long de la fin de semaine, dont certains artistes locaux et d’autres de la relève. «C’est important pour nous de faire de la place aux artistes de la région ainsi qu’à la relève. Ce sont eux l’avenir et ils auront toujours une place dans le festival», affirmait Sandy Miller, fondatrice et présidente du festival.

Nouveauté cette année: un espace aménagé près du bar, où il y aura une piste de danse et de la musique en continu entre les spectacles ainsi qu’une messe country le dimanche avant-midi. Pour l’ouverture officielle du Festival, le vendredi soir, les députés Sylvain Pagé et David Graham, ainsi que Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces, seront sur place et s’adresseront aux gens présents.

«C’est la première fois que nos politiciens vont nous honorer de leur présence et j’avoue que c’est vraiment apprécié», déclarait Mme Miller.

Un déménagement qui porte fruit

Anciennement présenté à Sainte-Anne-du-Lac, le Festival de musique country est maintenant présenté au Dôme Uniprix de Lac-des-Écorces et en est à sa 2e édition sur ce site. La distance pour se rendre à Ste-Anne-du-Lac, le peu d’aide offert par la municipalité pour l’organisation de l’événement et la faible implication de la part de bénévoles sont les principales raisons qui ont poussé le comité à s’installer ailleurs.

Du côté de Lac-des-Écorces, le festival a été accueilli en grand. Selon Mme Miller, la Municipalité s’implique énormément. «Les employés de la Municipalité tondent le gazon et installent nos affiches, le maire est toujours disponible, on a de l’aide financière pour notre publicité, le dôme nous est prêté donc on n’a pas de chapiteau à payer, on a beaucoup plus de facilité à avoir des bénévoles car les résidents répondent en grand nombre et en plus, c’est sur la 117».

Aide financière

Assurée de l’aide de la Municipalité, Mme Miller voit d’un très bon œil la présence des deux députés pour le lancement de l’événement.

«Cette année, je n’ai pas eu d’aide du fédéral parce qu’à la date où j’ai fait les démarches, il y avait eu beaucoup de demandes et tout l’argent pour ce genre d’événement avait déjà été distribué. Par contre, du côté de M. Pagé, chaque année, on reçoit l’action bénévolat. Cette année, ils vont vraiment voir ce que c’est le festival et ensuite ça va être plus facile d’aller cogner à leur porte. Il y a aussi le Centre local de développement (CLD) qui nous aide beaucoup. Pour moi, le plus difficile dans tout ça c’est de remplir les tonnes de documents; pour le reste ça va bien, les gens sont ouverts», expliquait la présidente.

Une autre source de financement vient des généreux commanditaires que Mme Miller n’a pas peur d’aller solliciter et qui sont de plus en plus nombreux.

«Cette année, je me suis déplacée dans sept festivals afin de faire la promotion du nôtre et j’ai bien l’impression que ça va attirer encore plus de monde.» – Sandy Miller, fondatrice et présidente

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste-pigiste

  • Courriel