Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 juillet 2018

L’exposition d’Anne Frank à Lac-du-Cerf

Un rappel du passé pour un plus bel avenir

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

Le vernissage de l’exposition d’Anne Frank a eu lieu le 7 juillet dernier en présence du préfet Gilbert Pilote et du député fédéral David Graham (photo: Murielle Yockell – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Le vernissage de l’exposition d’Anne Frank a eu lieu le 7 juillet dernier en présence du préfet Gilbert Pilote et du député fédéral David Graham (photo: Murielle Yockell – Le Courant des Hautes-Laurentides).

L’exposition de la jeune Anne Frank ne laisse personne indifférent. La conseillère municipale Hélène Desgranges le résume ainsi: «Quand on leur parle de réfugiés qui sont refusés par des pays ou des enfants qui sont séparés de leurs parents, veut, veut pas, les gens font des allusions (avec ce qui se passe aujourd’hui)».

C’est le 7 juillet dernier, en présence du député fédéral David Graham et du préfet de la MRC d’Antoine-Labelle Gilbert Pilote, qu’avait lieu le vernissage de l’exposition à la bibliothèque de Lac-du-Cerf. Selon M. Graham, la 2e Guerre mondiale est un pan de l’Histoire mondiale qui rappelle tristement l’oppression sur des minorités, des handicapés et surtout des Juifs.

«Au total, quelque dix millions d’individus, dont six millions de Juifs ont été massacrés juste pour ce qu’ils étaient», se désole le député. Ce dernier se sentait particulièrement touché par l’exposition puisque lui-même a reçu une éducation juive. «Les leçons de ce temps ne doivent jamais être oubliées, car une histoire oubliée risque de se répéter», prévient-il.

L’exposition d’Anne Frank

L’exposition a été conçue comme projet scolaire par la Maison d’Anne Frank à Amsterdam pour les élèves de secondaire IV et voyage habituellement dans les écoles secondaires. L’exposition raconte la vie de la famille Frank. On y voit la montée en puissance du parti nazi d’Adolphe Hitler en Allemagne; la réaction de la famille Frank; les raisons qui l’ont poussée à fuir l’Allemagne et la vision d’Anne sur les événements de l’époque. On y voit aussi la part canadienne lors du débarquement de Normandie et les retombées après la guerre comme la création de l’Organisation des Nations Unies et de sa Force de maintien de la Paix: les Casques bleus. En raison de certaines images pénibles à voir, l’exposition s’adresse aux adolescents en montant.

L’exposition comprend également quelques artefacts prêtés par la Légion canadienne comme un masque à gaz et des casques provenant des deux premières Guerres mondiales.

Quand on veut, on peut...

À la recherche d’une exposition à présenter à la bibliothèque de sa municipalité, Mme Desgranges avait lu un article dans «Le libraire» qui soulignait les 70 ans de la trouvaille et de l’édition du journal d’Anne Frank. C’est à partir de ce moment que le Comité de la bibliothèque a débuté ses recherches et découvert l’exposition d’Anne Frank. Leur premier défi était le prix.

Le comité a réussi à convaincre la Maison d’Anne Frank de leur laisser l’exposition à un tiers du coût, incluant les assurances. Il a obtenu du financement auprès du député de Labelle Sylvain Pagé et il s’est aussi affilié avec la Commission scolaire Pierre-Neveu (CSPN).

Cette dernière amènera l’exposition à la polyvalente Saint-Joseph de Mont-Laurier pour un court séjour en septembre afin d’y être présentée dans le cadre d’un cours. Agnès Low-Ken et Marc-Alexis Léonard, des résidents de Lac-du-Cerf et aussi élèves de la polyvalente, ont été spécifiquement formés pour cette exposition.

Tout semblait converger pour que cette exposition soit à Lac-du-Cerf, car c’est en apprenant qu’Anne Frank est devenue auteure à l’âge de 15 ans qu’Hélène Desgranges a cru, à 13 ans, en son rêve d’être une auteure; ce qu’elle est aujourd’hui. De son côté, la mairesse Danièle Ouimet tenait entre ses mains le journal censuré d’Anne Frank que lui avait remis sa mère pour ses 13 ans. Son livre a été édité au Québec en 1950.

Le ministère des Anciens Combattants contribue à hauteur de 20 500$ pour cette exposition qui voyagera à travers le Canada jusqu’en avril 2019.

Heures d’ouverture

L’exposition sera présentée au public jusqu’au 25 août aux heures d’ouverture de la bibliothèque située au 15 rue Émard: les lundis de 17h30 à 19h ; les jeudis de 14h à 17h et les samedis de 13h à 14h30. Selon la disponibilité des guides bénévoles, les groupes de six personnes et plus pourront réserver deux jours à l’avance en communiquant par courriel à maire@lacducerf.ca ou par téléphone au 819-616-0160.

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel