Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
6 juillet 2018

Au terme d’un référendum tenu le 28 juin dans les Laurentides

Nouvelle entente collective locale pour les membres de la SPSL

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

Après un peu plus de six mois, une entente est enfin survenue entre les membres du SPSL - FIQ et le CISSS des Laurentides (photo: gracieuseté – Catherine Laporte/Studio L’Envol).
Après un peu plus de six mois, une entente est enfin survenue entre les membres du SPSL - FIQ et le CISSS des Laurentides (photo: gracieuseté – Catherine Laporte/Studio L’Envol).

Les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides ont enfin une nouvelle convention collective.

C’est à la suite d’un référendum tenu le 28 juin que le Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides (SPSL) affilié à la FIQ (Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec) a fait connaitre le résultat de celui-ci. 92% des membres des Laurentides ont voté en faveur de l’entente de principe.

C’est le 3e syndicat affilié à la FIQ qui se dote d’une nouvelle convention collective après de longues et ardues négociations. Le vice-président, secteur Nord et responsable des communications au SPSL, Francis Charbonneau, donne plus de précisions sur ce qu’il qualifie comme le cheval de bataille de l’entente.

«Notre grande demande était au niveau de la stabilité de nos membres. Pour la MRC d’Antoine-Labelle, on a gardé ce territoire. Ce qui veut dire que les membres ne se déplaceront plus en dehors de celui-ci. Dans la MRC des Laurentides, c’est la même chose. À quelques occasions. Il pourrait y avoir des centres d’activités qui seraient créés sur les deux territoires, ça ferait en sorte que les membres ne se déplaceront pas sur plus de 40 km. » Bref, de Mont-Laurier à Sainte-Agathe, on parle de deux territoires, deux MRC.

Les ports d’attache

«Du côté de la MRC des Laurentides, de Sainte-Agathe, il y a un autre territoire. Là aussi il pourrait y avoir une fusion d’un centre d’activités. Le port d’attache est un gros gain pour les Laurentides», avance le vice-président.

Tout implique que dorénavant, quand un poste est affiché, le port d’attache est indiqué. Si la personne a un port d’attache à Mont-Laurier ou Rivière-Rouge, elle sera rémunérée pour son temps et son kilométrage à l’un ou l’autre centre de services.

«Si jamais l’employeur voulait modifier le port d’attache, déménager la personne à Mont-Laurier tout le temps, il doit abolir le poste et le réafficher, car il ne peut modifier les ports d’attache à plus de 25 km», précise Francis Charbonneau.

Par la voix de Thaïs Dubé aux communications du CISSS des Laurentides, là aussi on est satisfait de l’entente. «Nous, on se réjouit que les deux parties en soient venues à une entente de qualité. Elle est à la fois satisfaisante pour les membres du personnel qui trouvent au CISSS un environnement de travail de choix, mais elle est aussi bénéfique pour l’accessibilité et la qualité des services offerts dans les 80 installations.»

Les discussions pour cette entente se sont amorcées le 7 décembre dernier. Le FIQ – SPSL représente plus de 4 200 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CISSS des Laurentides.

Partager:

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

  • Courriel