Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
7 juin 2018

AGA du CLD d’Antoine-Labelle

Moins d’administrateurs pour accélérer la prise de décision

Le conseil d’administration du Centre local de développement (CLD) d’Antoine-Labelle compte dorénavant 9 administrateurs plutôt que 15, ce qui devrait «accélérer les prises de décisions» selon le directeur général, Frédéric Houle.

Un grand nombre de représentants des milieux politique, économique, touristique, agricole, forestier, institutionnel et communautaire étaient réunis le 5 juin 2018 pour l’assemblée générale annuelle du CLD d’Antoine-Labelle. À droite, le président du CLD, Stéphane Gauthier. En dessous, le directeur général du CLD, Frédéric Houle (photos: Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides).

C’est dans une salle bondée, mais coupée des données cellulaires, la salle des Loisirs de Guénette, à Lac-des-Écorces, qui devrait d’ailleurs être branchée d’ici quelques années avec la Coopérative de télécommunication d’Antoine-Labelle (CTAL), que se déroulait l’assemblée générale annuelle du CLD d’Antoine-Labelle du 5 juin 2018.

À l’ordre du jour, le conseil d’administration et la direction générale ont proposé aux membres présents de modifier le règlement général du CLD pour que sa composition passe de 15 à 9 administrateurs. «L’objectif, c’est essentiellement d’accélérer les prises de décision et faciliter aussi l’atteinte du quorum des rencontres, de ne pas avoir les Nations unies autour de la table, mais bien plus un conseil qui se veut davantage expéditif», expliquait Frédéric Houle.

On suggérait donc de faire passer le nombre de maires de 8 à 5 et celui des représentants de la société civile de 7 à 4. Pour ce faire, chacun des sept collèges électoraux (institutionnel, organismes communautaires, milieux des affaires et de la finance, agricole, forestier, touristique et culturel) détermine son représentant. Ensuite, s’il y a plus de candidats lors de l’assemblée générale annuelle que de postes disponibles, les membres seront appelés à en choisir quatre.

Proposition amendée, puis acceptée

Après que quelques personnes aient manifesté des inquiétudes quant à la sous-représentation des trois secteurs non élus, on a décidé, sur une proposition de la mairesse de Notre-Dame-de-Pontmain, Francine Laroche, que ceux-ci seraient automatiquement nommés comme observateurs sur le conseil d’administration, sans toutefois avoir de droit de vote.

Finalement, seuls quatre collèges électoraux ont présenté un candidat, soit Faby Brière, directeur du Centre de formation professionnelle (CFP) de Mont-Laurier (institutionnel), Stéphane Gauthier, président de Zone Emploi Antoine-Labelle (affaires et finance), Marie-Hélène Gaudreau, directrice de la Corporation de développement communautaire (CDC) des Hautes-Laurentides (communautaire) et François Racine, président de Signature Bois Laurentides (foresterie).

Les cinq élus municipaux qui se joindront à eux sur le conseil d’administration devraient être nommés lors du prochain conseil des maires de la MRC d’Antoine-Labelle, le 26 juin prochain.

La synergie sur toutes les lèvres

Les dirigeants du CLD ont profité de l’assemblée générale pour dresser un bilan fort positif de leur année 2017, qui a été chargée en dossiers chauds.

On peut penser aux dossiers de la présumée fraude d’Info Service Gauthier & Thibault, de la mobilisation contre la fermeture de l’entrepôt de PepsiCo à Mont-Laurier, de l’élargissement de la route 117 entre Labelle et Rivière-Rouge, ou encore du déploiement de la fibre optique dans les Hautes-Laurentides, tout autant de dossiers dans lesquels le CLD s’est investi.

Aussi, avec sa planification stratégique pour l’essor économique de la MRC d’Antoine-Labelle, le CLD a contribué à implanter un nouveau terme dans le langage des affaires, la synergie, qui est maintenant sur toutes les lèvres. D’ailleurs, le président du CLD, Stéphane Gauthier, croit «que tous ensemble, on peut arriver à beaucoup plus, donc [il] souhaite que ce mouvement continue dans notre région».

Partager: