Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
17 mai 2018

Après une pétition déposée à l’automne sur les ponceaux inefficaces

Le lac Macaza fait encore des malheureux

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

Le riverain du lac Macaza, Guy Alexandrovitch, déplore que le MTQ ne fasse rien concernant le peu d’efficacité des ponceaux à la décharge du lac, occasionnant des inondations dommageables pour les riverains (photo: archives – L’Information du Nord).
Le riverain du lac Macaza, Guy Alexandrovitch, déplore que le MTQ ne fasse rien concernant le peu d’efficacité des ponceaux à la décharge du lac, occasionnant des inondations dommageables pour les riverains (photo: archives – L’Information du Nord).

Dégel et pluie ont encore apporté leur lot de déboires pour plusieurs riverains du lac Macaza au cours des dernières semaines. Surtout ceux qui possèdent une résidence sur la partie basse.

Le plan d’eau a pris du temps pour «caler», selon l’expression populaire, mais, n’empêche, la crue a été importante. La personne volubile sur cette situation est Guy Alexandrovitch, ancien conseiller municipal. L’automne dernier, il a discuté avec le journal de la problématique de trois ponceaux qui ne «fournissent pas» à la crue printanière. C’est encore le cas cette année. Que s’est-il passé depuis ?

«C’est l’une des années où il est monté le plus haut, car on a perdu complètement le quai public. On était sûrement à une augmentation de sept pieds. Si l’on regarde après les trois ponceaux, le niveau est presque normal. Pour les riverains du lac, le ponceau ne fait pas le travail et ça déborde.»

Il raconte les plaintes des riverains au 911, et l’ouvrage pour certains à vider leur sous-sol, les digues de sable montées, etc.

Une pétition tombée à l’eau?

L’automne dernier, une pétition a été déposée lors d’une séance du conseil de la municipalité. Des copies conformes ont été remises au député Sylvain Pagé et au ministère des Transports du Québec (MTQ), responsable desdits ponceaux situés à la décharge du lac, ouvrant la petite rivière Macaza.

Guy Alexandrovitch déplore que la municipalité maintienne la ligne des hautes eaux actuelle dans ce secteur: il est impossible selon lui, «de se servir du terrain. On perd des droits, littéralement. Ce que l’on m’a dit, c’est qu’ils ont rencontré le MTQ et que ces derniers ont évalué les ponceaux. Ils sont en bon état, dit-on.» Des faits que la mairesse Céline Beauregard a confirmés au journal il y a quelques mois. «Je suis allé au conseil en février. On me fera signe quand il y a aura du nouveau. Depuis, rien.»

Délaissés par le MTQ?

Guy Alexandrovitch est déçu de l’attitude du MTQ qui juge la situation par l’état des ponceaux, et non par l’efficacité. «Il me semble que des mesures d’atténuation, c’est loin de leurs priorités. J’ai demandé à la municipalité de changer au moins la règlementation pour que l’on puisse garder certains droits sur nos terrains si le MTQ ne fait rien. Elle ne bouge pas.»

Partager:

Ronald McGregor - Info Nord , journaliste

  • Courriel