Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
16 mai 2018

Un premier succès pour Réunions et congrès Hautes-Laurentides

Alexandre Dubé , Journaliste

Les congressistes du RCJEQ rencontrés par Le Courant ne tarissaient pas d’éloges à propos de la région et de l’Espace Théâtre (photo: Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides).
Les congressistes du RCJEQ rencontrés par Le Courant ne tarissaient pas d’éloges à propos de la région et de l’Espace Théâtre (photo: Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides).

Un an et des poussières après son lancement, Réunions et congrès Hautes-Laurentides (RCHL) a fait sa première prise: le Réseau des carrefours jeunesse-emploi (RCJEQ) a choisi l’Espace Théâtre de Mont-Laurier pour tenir son Assemblée générale annuelle.

Une première pour RCHL et pour l’Espace Théâtre Muni-Spec: quelque 82 délégués directeurs généraux des carrefours jeunesse-emploi (CJE) de partout au Québec ainsi que la permanence du RCJEQ ont convergé vers Mont-Laurier les 7, 8 et 9 mai derniers.

Stéphane Gauthier, ambassadeur

Sarah Raymond, qui remplace la coordonnatrice de RCHL, Marie-Pier Villeneuve, tenait à souligner le rôle d’ambassadeur qu’a joué le directeur général de Zone Emploi d’Antoine-Labelle, Stéphane Gauthier, dans l’attraction de ce premier congrès.

«C’est vraiment grâce à lui qu’on a eu le congrès dans la région», lance-t-elle. Ce n’était pas la première fois que M. Gauthier tentait de convaincre le RCJEQ de tenir son congrès de mai, qui a toujours lieu en région, à Mont-Laurier, mais cette année fut la bonne.

«Il y a deux candidatures qui se sont pointées, raconte Serge Duclos, président du RCJEQ. Mont-Laurier qui était tout prêt à nous recevoir et Roché-Percé qui nous avait fait une proposition quand même intéressante, mais on l’a gardée pour l’an prochain.»

Pour sa part, RCHL a fait parvenir l’offre de service pour le congrès et en a facilité l’organisation en mettant le RCJEQ en relation avec les acteurs économiques de la région (hôtels, restaurants, salles, etc.).

Des milliers de dollars en retombées économiques

Les retombées économiques qui découlent d’un tel congrès sont non négligeables. D’après Stéphane Gauthier, qui est aussi président du CLD, on estime qu’environ 40 000$ de «nouvel argent» a été injecté en quelques jours dans les hôtels, restaurants, bars et commerces de la région.

Après que le président du RCJEQ ait mentionné que certains congressistes étaient arrivés dimanche et pensaient rester jusqu’au jeudi, M. Gauthier a lancé à la blague «rajoute 1 000$» au 40 000$.

Des congressistes ravis

Les commentaires récoltés par Le Courant sont unanimes: la salle et la région plaisent à tous. «C’est très bien: on a été super bien accueilli, dans le réseau hôtelier le service était bon puis ici c’est une salle flambant neuve, pleine de potentiel», disait le président du RCJEQ à propos de son expérience à Mont-Laurier.

«On fait souvent l’axe routier, le boulevard, mais c’est rare qu’on a le temps de sortir du boulevard et de venir découvrir un peu le centre-ville, confiait quant à lui le directeur général du CJE d’Abitibi-Ouest, Sébastien Bélisle, qui estime que «c’est un beau petit centre-ville qui gagne à être connu».

Il disait aussi trouver que «le contraste est le fun entre les espèces de ruines d’église à côté et le bâtiment super moderne» qu’est l’Espace Théâtre, avant d’ajouter «Dis le pas, mais on est jaloux».

La directrice générale du CJE du Granit (Lac-Mégantic), Nathalie Gervais, apportait notre attention sur une qualité de l’Espace Théâtre pour le moins sous-estimée. «Peut-être que vous ne vous en rendez pas compte, vous qui êtes habitués, mais au niveau de l’odeur, ça sent tellement bon dans cette salle-là, a-t-elle lancé. Il y a vraiment une odeur de bois que je sens chaque fois que je rentre et sors.»

Elle dit avoir été accueilli dans les commerces et restaurants par «des gens sympathiques» qui font qu’«on se sent les bienvenus» à Mont-Laurier. «En plus, chez nous, il faisait vraiment pas si beau, il y avait de la pluie depuis un mois. On arrive ici, il fait soleil, il fait chaud: on pense sérieusement à déménager», a-t-elle glissé sur une touche d’humour.

RCHL espère attirer plusieurs autres congrès au nord de Mont-Tremblant dans les prochains mois et années. Bien qu’aucun des dossiers sur lesquels on travail ne se soit concrétisé pour le moment, on garde toujours espoir que quelques entreprises ou organismes choisiront les Hautes-Laurentides comme point de réunion.

«Ma Voix Compte»

Le RCJEQ a dévoilé la synthèse de sa consultation «Ma Voix Compte» de l’hiver dernier, durant laquelle plus de 5 000 jeunes ont été rencontrés. En 10 préoccupations jeunesse, cette plateforme sera présentée par les CJE «à l’ensemble des candidats des prochaines élections» provinciales.

Deux de ces revendications concernent l’éducation, soit «faciliter l’accès à une diversité de méthodes et de lieux d’apprentissages» et «offrir une éducation qui prépare les jeunes à la vie adulte». On propose aussi de «créer un lieu dédié de prise en charge de l’intimidation» qui offrirait «accompagnement, écoute, information, soutien et encadrement dans le but de mettre fin à l’intimidation».

Les autres préoccupations jeunesses sont: abolir les obstacles à la conciliation travail et vie personnelle; assurer l’accès de tous à des systèmes de transport durables et adaptés aux besoins des milieux; garantir à chacun le droit à une vie digne; instaurer une offre sportive et culturelle diversifiée et accessible à tous; miser sur l’insertion durable en emploi; transformer les modes de production et de consommation; valoriser la diversité pour une meilleure cohésion sociale.

«Moi j’aime beaucoup la lumière dans la vie, alors quand j’ai vu les grandes fenêtres de l’extérieur, je me suis dit “On va être en dedans, mais on va aussi être dehors”.» - Nathalie Gervais, directrice générale du CJE du Granit (Lac-Mégantic)

Partager:

Alexandre Dubé , Journaliste

  • Courriel