Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
16 mai 2018

Parc linéaire Le P’tit train du Nord

L’avenir du pont de 1908 entre les mains du MTQ

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Le sort du pont du ruisseau Villemaire est entre les mains du ministère des Transports (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Le sort du pont du ruisseau Villemaire est entre les mains du ministère des Transports (photo: archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

C’est le ministère des Transports (MTQ) qui aura le dernier mot en ce qui concerne la préservation ou la destruction du pont en bois de 1908 au-dessus du ruisseau Villemaire, à Mont-Laurier.

Le Courant en a reçu la confirmation par Caroline Boisvert, conseillère en communication pour le MTQ: «Le Ministère est responsable de la gestion du pont, entre autres, les éléments structuraux (poutres, piliers, dalle) et détermine si les travaux seront effectués. La MRC d’Antoine-Labelle est responsable de l’entretien de la chaussée, des trottoirs, du drainage et de l’éclairage. D’ailleurs, si le démantèlement du pont était envisagé, le Ministère prendrait la décision finale».

Rappelons que la MRC d’Antoine-Labelle souhaite trouver une solution afin de rétablir le lien au km 198 du parc linéaire Le P’tit train du Nord, coupé depuis 2010 suite à la fermeture du pont et qui oblige depuis les usagers à effectuer un détour.

Pour ce faire, on envisage l’aménagement d’une passerelle abaissée avec une portée de 50 mètres et dans un axe en aval.

Aucune intervention de prévue

Problème: en plus de recommander la destruction du vieux pont en raison de sa détérioration avancée, la firme que la MRC a mandaté pour l’aider à prendre la meilleure décision, WSP, explique dans son rapport qu’il faudra faire place nette si l’on souhaite ériger un nouvel ouvrage à proximité.

Construit en 1908 par la compagnie ferroviaire Canadien Pacifique et entretenu tous les trois ans par cette dernière pendant des décennies, le pont en bois du ruisseau Villemaire est devenu la propriété du ministère en 1990. Ce dernier l’a finalement fermé à la circulation en 2010, pour raisons de sécurité.

Une étude menée pour le compte du MTQ en 2012 concluait déjà à la nécessité de détruire le pont. Mais à la même date, toujours pour le compte du MTQ, une autre firme a démontré que le pont constituait un symbole historique dans les Hautes-Laurentides. «Les résultats de l’étude confirment la valeur patrimoniale du pont», reconnaît Mme Boisvert.

Cette dernière admet d’ailleurs qu’«À l’heure actuelle, aucune intervention n’est prévue sur cette structure et le pont ne figure pas à la programmation du Ministère». Elle précise qu’en collaboration avec la Ville de Mont-Laurier, le ministère a toutefois contribué à l’aménagement du détour.

Une question de statut

Interpellée également par Le Courant au sujet du pont, la conseillère en communication au ministère de la Culture et des Communications, Josée Boulet, a répondu que pour être admissible à une aide financière, le pont devait obtenir une attribution de statut en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, ce qui n’est pas le cas actuellement, bien qu’il soit classé dans le patrimoine immobilier de la MRC d’Antoine-Labelle depuis la réalisation d’un inventaire en 2016-2017.

«Le ministère de la Culture et des Communications n’a reçu aucune demande d’aide financière pour ce pont», précise Mme Boulet.

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel