Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
15 mai 2018

Exergue

Les Desjardins Entreprises des Laurentides fusionnent

Alexandre Dubé , Journaliste

Bien que Desjardins Entreprises-Hautes-Laurentides fusionne avec Saint-Jérpome et Blainville, les employés de Mont-Laurier demeureront en place et un poste d’analyste financier y sera créé (photo: Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides).
Bien que Desjardins Entreprises-Hautes-Laurentides fusionne avec Saint-Jérpome et Blainville, les employés de Mont-Laurier demeureront en place et un poste d’analyste financier y sera créé (photo: Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le 1er mai dernier, les centres Desjardins Entreprises (CDE) de Mont-Laurier (Hautes-Laurentides), de Saint-Jérôme (Laurentides) et de Blainville (Laurentides-Sud) ont fusionné pour ne former qu’une seule entité: Desjardins Entreprises-Laurentides.

Déjà à l’automne dernier, Stéphane Houle savait que «la fusion s’en venait le 1er mai». Suite au départ de Miguel Gauthier pour la direction générale de la Caisse du Cœur des Hautes-Laurentides, M. Houle dit avoir «assuré l’intérim, le temps que la fusion se fasse».

Comment s’est prise cette décision? «Ça s’est fait en décision interne, parce qu’on est un organe des caisses comme tel, répond M. Houle. C’était à eux autres [caisses membres] à prendre la décision, puis elles n’avaient pas besoin d’aller en assemblée comme vous le voyez quand il y a des fusions de caisses».

«Les 14 caisses se sont mises ensemble pour réfléchir et pour convenir que ça serait bon de regrouper encore plus de ressources pour un plus grand territoire parce que ça serait encore mieux au niveau du service qu’on peut donner aux entrepreneurs», précise-t-il.

En place depuis 1999, Desjardins Entreprises-Hautes-Laurentides desservait, depuis les fusions de 2007 (Notre-Dame-du-Laus) et 2014 (Vallée de la Kiamika), les caisses de Ferme-Neuve et du Cœur des Hautes-Laurentides.

Celles-ci lui confiaient le mandat de gérer leurs prêts aux entreprises, puisque cette entité détenait une expertise plus approfondie du domaine. Selon Stéphane Houle, la fusion des CDE sera bénéfique à tous.

Rappelant que le territoire des Laurentides est «assez grand», il explique que les trois succursales de Desjardins Entreprise-Laurentides détiennent chacune des expertises plus pointues et qu’elles pourront se les partager. Par exemple, au nord, on serait plus familier avec certains domaines (foresterie, pourvoirie) tandis qu’à Saint-Jérôme ou Blainville on en maîtriserait mieux d’autres (immobilier).

Maintien des emplois à Mont-Laurier

Partageant les locaux de la Caisse du Cœur des Hautes-Laurentides, les employés de Desjardins Entreprises basés à Mont-Laurier resteront en poste. En fait, seul M. Houle se promènera entre Mont-Laurier, Saint-Jérôme et Blainville puisqu’il a maintenant la responsabilité de s’occuper de l’équipe des directeurs de comptes, répartis entre les points de service.

Lauriermontois de naissance, il assure que sa «base demeure Mont-Laurier» et qu’il jouera «en quelque sorte» le rôle de directeur régional. Il souligne que le nouveau directeur de Desjardins Entreprises-Laurentides, Tommy Pelletier, est un «gars de la région de Saint-Sauveur, Sainte-Adèle» qui est «extrêmement sensible aux régions».

Précisons que rien n’assure que celui qui, un jour, remplacera M. Houle sera également basé à Mont-Laurier.

La fusion aura tout de même permis la création d’un poste d’analyste au niveau des dossiers commerciaux à Mont-Laurier. Il a été ouvert à l’interne et devrait être comblé par un des trois actuels directeurs de compte de Mont-Laurier, dont le poste sera ensuite affiché. Avec les deux agents en services financiers et M. Houle, cela porte l’équipe à six employés.

Les petites caisses n’y perdraient pas au change

Questionné à savoir si les placements et avoirs des membres des petites caisses, par exemple celle de Ferme-Neuve, seront investis dans des projets et entreprises de leurs localités, Stéphane Houle s’est fait très rassurant.

Il expliquait au Courant que les CDE gèrent les prêts entreprises des caisses, qui les en mandatent, à des entreprises membres de ces mêmes caisses. Par exemple, les placements des Fermeneuviens ne servent qu’à financer des projets du territoire.

Advenant qu’une des caisses membres de Desjardins Entreprises-Laurentides veuille prêter plus de fonds pour appuyer un projet que ce dont elle dispose, elle pourra emprunter de l’argent sur le marché financier, avec taux d’intérêt. Les caisses qui décideraient de prêter à institutions toucheraient donc un certain profit dans la transaction.

La nouvelle entité Desjardins Entreprises-Laurentides desservira un total de 14 caisses populaires, ou plutôt 13 si celles de Ferme-Neuve et du Cœur des Hautes-Laurentides décident de fusionner.

Incapable de confirmer dans quelle ville se situera le siège social de Desjardins Entreprises-Laurentides, Stéphane Houle souligne que le bureau du directeur général, Tommy Pelletier, se trouve à Saint-Jérôme.

Partager:

Alexandre Dubé , Journaliste

  • Courriel