Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 avril 2018

Rencontre annuelle des élus

La solidarité se raffermit entre les maires et le député Pagé

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

De gauche à droite, le maire de Nominingue, Georges Décarie, le député de Labelle Sylvain Pagé et le préfet de la MRC d’Antoine-Labelle et maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote (photo: Murielle Yockell – Le Courant des Hautes-Laurentides).
De gauche à droite, le maire de Nominingue, Georges Décarie, le député de Labelle Sylvain Pagé et le préfet de la MRC d’Antoine-Labelle et maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote (photo: Murielle Yockell – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le 6 avril, le conseil des maires de la MRC d’Antoine-Labelle et le député de Labelle ont revu ensemble une multitude de dossiers afin de mieux coordonner leurs actions et, parfois, élaborer des stratégies afin d’arriver à de meilleurs résultats pour l’ensemble de la population.

«Il y a une évolution dans la pensée des gens qui fait qu’on réalise que ce qui est bon pour chez nous est bon pour le voisin et ce qui est bon pour le voisin, est aussi bon pour chez nous», résumait ainsi le maire de Nominingue, Georges Décarie.

M. Pagé déclarait que la rencontre annuelle des élus, qui réunit le conseil des maires et le député provincial, lui a aussi permis de mieux comprendre les contraintes que peuvent avoir les municipalités et la MRC.

«Ces contraintes peuvent être un frein au développement ou à l’avancement des projets, explique ce dernier. Quand j’arrive à Québec, je n’arrive pas avec la même perception des choses. C’est comme la Loi 122 qui vise à reconnaître que les municipalités sont des gouvernements de proximité, on s’aperçoit aujourd’hui qu’il y a des contraintes à travers cela.» Plusieurs idées lui ont été suggérées durant la journée et le député compte en faire part à ses collègues.

«On doit aussi nourrir le député pour qu’il parte avec la bonne information,» poursuivait le maire de Nominingue qui trouve aussi très intéressant que la solidarité dans la MRC d’Antoine-Labelle se raffermisse de plus en plus.

«Aujourd’hui, on est capable d’aborder des sujets très sensibles qui nous concernent tous personnellement dans le sens de nos municipalités, mais qui concernent aussi l’ensemble de la région, précise-t-il. Qu’on parle d’emplois, de développement économique ou de santé, on est tous préoccupés par les mêmes réalités pour nos citoyens.»

les dossiers abordés

Les dossiers de transports, d’infrastructures, d’affaires municipales, de développement économique et les dossiers à caractères sociaux (éducation, famille, santé et services sociaux) ont été abordés.

Aujourd’hui, le mandat des municipalités et du conseil des maires est de plus en plus large et ils font de plus en plus d’interventions à caractère socio-économique, rappelait M. Pagé: «Tout le volet de l’économie locale passe maintenant par le bras économique, qu’on appelle le Centre local de développement (CLD). Ils sont très impliqués dans tout le développement économique et socio-économique et c’est aussi dans ma cour. On se doit de travailler ensemble».

«On est conscient que la MRC d’Antoine-Labelle appartient à la belle grande région des Laurentides», constatait le préfet et maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote. Souvent, il y a des argents qui doivent transiter par ce palier de gouvernemental-là.»

Ce dernier affirme que l’argent ne va plus nécessairement ou directement à la municipalité. Il soutient aussi que les maires sont de plus en plus appelés à travailler ensemble et à s’entendre sur des projets régionaux. Parmi les dossiers qui ont été discutés, tous se sentent très concernés par l’avenir des Caisses Desjardins ou encore par le manque de main-d’œuvre locale qui a été un des sujets longuement discutés durant la rencontre.

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel