Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
5 mars 2018

Le CAPTCHPL

Un organisme trop peu connu

Kathleen Godmer , journaliste-pigiste

Lorraine Hutton, employée du CAPTCHPL (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Lorraine Hutton, employée du CAPTCHPL (photo: Kathleen Godmer – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le Centre d’Aide Personnes Traumatisées Crâniennes et Handicapées Physiques Laurentides (CAPTCHPL) fête cette année ses 20 ans d’existence et a décidé que c’était l’occasion parfaite de se faire connaitre encore plus. Puisque les besoins et les demandes sont en constante croissance, il faut que les gens qui ont besoin d’aide sachent que l’organisme est là pour eux.

Le CAPTCHPL est un organisme communautaire sans but lucratif qui a comme mission de favoriser l’intégration sociale des personnes traumatisées crâniennes et handicapées physiques adultes de la région administrative des Laurentides. Ayant son siège social à St-Jérôme, les intervenants travaillent beaucoup sur place, mais se déplacent aussi dans les différentes régions des Laurentides pour répondre aux besoins de leurs membres.

Briser l’isolement

Les objectifs du centre sont tout d’abord de promouvoir les intérêts de sa clientèle et répondre à ses besoins, dans le but de briser l’isolement et maintenir les acquis, d’offrir du soutien aux familles ainsi qu’à leurs proches, accompagner la clientèle dans la défense et le respect de ses droits et sensibiliser l’ensemble de la population sur les problèmes rencontrés par les personnes traumatisées crâniennes et handicapées physiques.

Selon Lorraine Hutton, qui travaille au centre depuis plusieurs années, encore trop peu de gens connaissent l’existence du CAPTCHPL et toute l’aide qu’il propose. «Nous assistons surtout une clientèle ayant subit des traumatismes moyens ou sévères, explique-t-elle. Pour eux, c’est vraiment très difficile de revenir à une vie normale après avoir vécu tout ça. On est là pour leur faciliter les choses et les accompagner.»

Les services

Les services proposés par le CAPTCHPL sont d’accueillir, référer et informer les gens, offrir de la relation d’aide et de l’écoute active, orienter les personnes vers des ressources appropriées, rendre accessible soutien et suivi psychosocial individuel pour les membres et leurs proches, permettre des rencontres de groupe d’entraide et de partage, organiser des activités de prévention et de sensibilisation, offrir des activités de loisirs, comme par exemple de la cuisine collective, des ateliers d’arts, des sorties, dans un but d’inclusion sociale.

Le TCC

Certain se demanderont ce qu’est un traumatisme crânio-cérébral (TCC). Le TCC est un traumatisme qui cause une destruction ou un mauvais fonctionnement du système nerveux central intracrânien. Il est occasionné par un choc à la tête causé lors d’un accident et peut affecter la personne au plan physique, cognitif, intellectuel, psychologique, affectif et/ou comportemental. Les séquelles subies étant permanentes, elles ont un impact sur la vie de familiale et professionnelle des victimes.

«Pour les familles et les gens qui accompagnent les personnes traumatisées, c’est loin d’être facile, rapporte Mme Hutton. Eux aussi vivent beaucoup de choses. C’est pourquoi, présentement, on travaille à mettre sur pied et à consolider notre projet de halte-répit. Depuis près d’un an, le centre axe ses efforts pour que ce projet prenne de l’ampleur et sous peu, encore plus de disponibilités seront offertes.» Mme Hutton invite les gens qui ont besoin d’aide, d’accompagnement ou tout simplement d’informations à communiquer avec le CAPTCHPL au 450-431-3437 ou en allant visiter leur site internet.

«Il y a de plus en plus de gens qui sont victime d’un traumatisme crânien car il y a de plus en plus d’accidents. Malgré ce qu’on pourrait croire ce n’est pas tant les jeunes qui en sont victimes. Pour la région de Mont-Laurier la moyenne d’âge tourne autour de 40 ans.» – Lorraine Hutton, employée du CAPTCHPL

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste-pigiste

  • Courriel