Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 février 2018

Projet de radiocommunication régional

Les pompiers parleront-ils «un langage commun»?

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Les maires de la MRC d’Antoine-Labelle demandent l’aide du MAMOT pour implanter un système de radiocommunication régional au profit des pompiers (photo : archives – Code Rouge Mont-Laurier).
Les maires de la MRC d’Antoine-Labelle demandent l’aide du MAMOT pour implanter un système de radiocommunication régional au profit des pompiers (photo : archives – Code Rouge Mont-Laurier).

Afin de répondre aux exigences en matière de sécurité publique, les maires souhaitent équiper les divers services incendie des Hautes-Laurentides d’un système de radiocommunication régional.

Les maires sont inquiets de constater qu’aucune amélioration significative n’a été apportée à la fiabilité des communications entre les divers services incendie du territoire depuis l’adoption, en 2005, du premier schéma de couverture de risque en sécurité incendie.

Puisque la compatibilité des systèmes de communication radio des différents services incendie est problématique et comme le recours au réseau cellulaire en cas d’urgence demeure loin d’être optimal dans la MRC d’Antoine-Labelle, les élus municipaux veulent s’assurer de la sécurité des pompiers lorsqu’ils sont en opération.

Un projet de 83 000$

C’est pourquoi ils ont présenté une demande d’aide financière auprès du ministère des Affaires municipales, de l’Occupation du territoire (MAMOT) afin d’acheter pour 70 000$ d’équipement. Le projet total se chiffre à 83 000$, mais la contribution du ministère pourrait couvrir 50% des frais.

Advenant la réalisation de ce projet, chacun des véhicules de sécurité incendie serait équipé du même système de radiocommunication, favorisant ainsi l’interopérabilité entre tous les services et l’amélioration de la couverture actuelle.

«On va avoir un langage commun pour l’ensemble des municipalités, illustre le préfet de la MRC et maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote. Saint-Anne-du-Lac, je pense qu’on ne peut même pas les rejoindre avec le système qu’ils ont actuellement. Le téléphone cellulaire à Ste-Anne, il pogne dans la cour de l’église.»

Regroupements: les maires à l’étude

Rappelons pour finir qu’avant leur rencontre du 27 février prochain, les maires des Hautes-Laurentides étudieront «différents plans de match» qui pourraient aboutir au regroupement de plusieurs services incendie dans les vallées de la Lièvre et de la Rouge.

«Les normes augmentent au niveau du ministère, il en demande toujours plus, rappelle M. Pilote. Les municipalités, individuellement, ne peuvent plus suivre. C’est pour répondre aux nouvelles exigences du ministère, on n’a pas le choix.»

Actuellement, environ 270 directeurs, officiers, pompiers et préventionnistes sont en service dans 17 casernes aux quatre coins de la MRC d’Antoine-Labelle. D’après la directrice générale de la MRC, Mylène Mayer, aucune fermeture de caserne n’est à craindre.

«On progresse vers une régionalisation de nos services d’incendie.» – Gilbert Pilote, préfet de la MRC d’Antoine-Labelle

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel