Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
9 février 2018

Voirie locale

Les maires songent à se partager les services d’un ingénieur civil

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Le conseil des maires de la MRC d’Antoine-Labelle, sous la direction du préfet et maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote, envisage d’engager une ressource spécialisée pour aider les municipalités dans l’entretien de la voirie locale (photo : Alexandre Dubé – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Le conseil des maires de la MRC d’Antoine-Labelle, sous la direction du préfet et maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote, envisage d’engager une ressource spécialisée pour aider les municipalités dans l’entretien de la voirie locale (photo : Alexandre Dubé – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Alors que d’importants travaux d’amélioration du réseau routier municipal sont à prévoir, les municipalités des Hautes-Laurentides réfléchissent à l’idée de s’offrir collectivement les services d’un ingénieur civil.

Sur les 331 km identifiés par les maires comme le réseau routier local prioritaire pour assurer le développement socioéconomique des Hautes-Laurentides, 189 km (57%) sont en mauvais ou très mauvais état, apprenait-on en septembre 2016.

Devant ce constat, plusieurs municipalités du territoire ont sollicité l’aide de la MRC d’Antoine-Labelle, afin d’être accompagnées dans leurs demandes d’aide financière auprès des ministères. «On n’avait pas les ressources», explique toutefois la directrice générale de la MRC, Mylène Mayer.

De là est partie l’idée de se payer une ressource commune, qui pourrait assurer une vigie des divers programmes mis à la disposition des municipalités, déposer leurs demandes d’aide financière et réaliser des devis techniques.

Demande d’aide pour engager l’ingénieur

« En voirie locale, le ministère des Transports a mis en place des nouveaux programmes, mais quand on va chercher des subventions pour les avoir, il faut un plan d’ingénieur, sinon il ne t’écoute même pas, estime le préfet de la MRC et maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote. À ce moment-là, avec une ressource ici, on pourrait monter nos plans de match à moindre coût. »

Lors de sa rencontre de janvier 2018, le conseil des maires a autorisé la MRC à déposer une demande d’aide financière auprès du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) pour financer en partie ce projet. «On est admissible à 50 000$ sur deux ans pour mettre en place le service», précise Mme Mayer. Dans le cas d’une réponse positive, l’ingénieur civil pourrait entrer en fonction dès le 1er avril 2018.

Un gouffre financier

Rappelons qu’avec la réforme Ryan de 1993, le ministère des Transports a remis la gestion des chemins locaux municipalités, sans que l’aide qu’il leur octroie n’ait été ni bonifiée ni indexée depuis. Au fil des années, la voirie municipale est devenue l’un des postes budgétaires parmi les plus importants pour les municipalités.

M. Pilote illustre le défi ainsi : «Moi, c’est 1,5 millions de dollars sur les 5 millions de dollars de budget de Ferme-Neuve. Dans ce 1,5 millions, (…) on a tout notre personnel à supporter et surtout, déneiger nos chemins. L’hiver, c’est au-delà de 650 000$. Ça veut dire que l’argent neuf que l’on met dans notre réseau routier, il est très limité».

Face à cette situation, les élus municipaux pensent que des budgets supplémentaires pour l’entretien de la voirie locale sont nécessaires et que les paramètres de calcul doivent être mis à jour.

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel