Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
6 décembre 2017

Conseiller pendant 21 ans et maire depuis le 5 novembre dernier

Luc Saint-Denis s’investit dans L’Ascension

Il est natif de Saint-Jérôme d’une famille de 15 enfants, sept filles et huit garçons. Son père était ferblantier et sa mère, préposée à l’hôpital de Saint-Jérôme, a pris le rôle de reine de foyer avec l’arrivée des enfants. Portrait de Luc St-Denis, nouveau maire de L’Ascension.

Ronald McGregor - Info Nord

Le nouveau maire de L’Ascension, Luc Saint-Denis (photo : Ronald McGregor – L’Information du Nord).
Le nouveau maire de L’Ascension, Luc Saint-Denis (photo : Ronald McGregor – L’Information du Nord).

Le jeune Luc reçoit une éducation semblable aux autres garçons de l’époque à Saint-Antoine-des-Laurentides, une banlieue-dortoir de Saint-Jérôme. Il vise la carrière de boucher, qu’il atteindra. Il sera aussi opérateur de machinerie lourde, mais un peu plus tard.

Avec cinq de ses frères, il devient copropriétaire de trois épiceries Provigo, dont une à Sainte-Marthe, jusqu’à la vente de celles-ci en 1988.

À L’Ascension

Quand il rencontre sa conjointe de la famille Meilleur de L’Ascension, s’amorcent alors les fréquentes visites dans la région. Il tombe sous le charme au début des années 1970. Peu d’étés passent que déjà il devient propriétaire de lots et s’établit en permanence en 1975. Sur sa terre, la famille Saint-Denis possède des chevaux et autres animaux.

Il démarre ensuite une entreprise qu’il vendra en 1982. C’est alors qu’il retourne travailler dans les épiceries avec ses frères, question, entre autres, de remplacer l’un d’eux malade. Luc Saint-Denis garde tout de même son pied-à-terre à L’Ascension. À la vente des épiceries en 1988, de retour au village, il est propriétaire de l’hôtel: « J’ai toujours été en commerce au village ». Il opère d’ailleurs aujourd’hui, depuis au moins cinq ans, la petite patate située près de l’hôtel de ville.

La politique

Son amour pour la politique date d’il y a plus de 21 ans, à l’époque où il devient conseiller. Qu’est-ce qui le poussait vers la politique municipale ? « Il y avait un siège de libre », répond-t-il tout bonnement. Être maire c’est plus que le rôle de conseiller; Luc Saint-Denis le sait et il vit bien avec cette nouvelle situation. Ce n’est donc pas une surprise quand il affirme qu’il y a plus de déplacements, entre autres occupations, qu’il doit effectuer pour L’Ascension. « Je veux être un maire assez transparent et je veux faire tout ce qui est en mon pouvoir pour la population du côté bien-être et le développement touristique, dit-il. Je vais travailler là-dessus au cours des quatre prochaines années. »

Pour lui, le nouveau conseil est de bon augure et il avoue s’entendre avec les conseillers qui, il faut le souligner, proviennent de l’équipe de l’ex-maire Yves Meilleur. À la première réunion le 20 novembre, il avoue que tout s’est déroulé dans l’harmonie et qu’une importante assistance était au rendez-vous: plus de 70 personnes.

« On est là pour changer la culture et d’après moi les personnes en place sont ouvertes à cela, clame-t-il. Certainement qu’il y a des dossiers à régler, mais j’ai bien confiance. »

Partager:

Ronald McGregor - Info Nord