Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
4 décembre 2017

Internet haute vitesse

« On a réussi quelque chose d’incroyable! », s’exclame David Graham

Lorsqu’ils expliqueront aux générations futures par quelles grandes étapes les Hautes-Laurentides se sont développées, les historiens de demain évoqueront au moins deux dates : le 15 septembre 1909, qui marqua l’arrivée du premier train à Mont-Laurier, et celle du 27 novembre 2017, date à laquelle la MRC d’Antoine-Labelle a été propulsée pour de bon dans l’économie globalisée grâce au déploiement d’Internet haute vitesse.

Simon Dominé , Rédacteur en chef

L’octroi d’une aide de 26 millions de dollars de la part de Québec et d’Ottawa pour permettre à la MRC d’Antoine-Labelle de se brancher à Internet haute vitesse, le 27 novembre 2017, a été vécu comme un événement qui passera à l’Histoire. Sur la photo, on reconnaît la chargée de projet Christine Gonthier-Gignac et la directrice générale de la MRC d’Antoine-Labelle, Mylène Mayer, qui, avec le directeur général adjoint, Kaven Davignon (absent de la photo), ont pris une part active à la réalisation de ce dossier majeur (photo : Simon Dominé – Le Courant des Hautes-Laurentides).
L’octroi d’une aide de 26 millions de dollars de la part de Québec et d’Ottawa pour permettre à la MRC d’Antoine-Labelle de se brancher à Internet haute vitesse, le 27 novembre 2017, a été vécu comme un événement qui passera à l’Histoire. Sur la photo, on reconnaît la chargée de projet Christine Gonthier-Gignac et la directrice générale de la MRC d’Antoine-Labelle, Mylène Mayer, qui, avec le directeur général adjoint, Kaven Davignon (absent de la photo), ont pris une part active à la réalisation de ce dossier majeur (photo : Simon Dominé – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Les acteurs qui étaient présents dans la salle des préfets le 27 novembre s’accordent pour dire que ramasser 26 millions de dollars sur les 290 que les gouvernements du Québec et d’Ottawa ont distribué aux quatre coins de la province pour brancher les régions à Internet haute vitesse, c’est un événement qui mérite d’être salué.

Avec le projet « Brancher Antoine-Labelle », les Hautes-Laurentides ont parlé d’une seule voix pour démontrer à Québec et Ottawa que leur aide était essentielle afin de donner à cette vaste région idéalement située à la confluence de Montréal, d’Ottawa et de l’Abitibi-Témiscamingue les moyens de son développement socio-économique.

« Une fierté énorme »

« C’est un soulagement », a réagi la directrice générale de la MRC d’Antoine-Labelle, Mylène Mayer qui a sauté si fort de joie lorsqu’elle a appris la participation financière au projet de Québec et d’Ottawa que ses collègues à l’étage ont cru qu’une souris s’était faufilée dans son bureau. « Avec Christine (Gonthier-Gignac, chargée de projet dans ce dossier, ndlr), on a poussé un gros cri de soulagement et on s’est donné une tape dans le dos, poursuite Mme Mayer. C’est magique! » Mme Gonthier-Gignac croit de son côté que cette nouvelle contribuera grandement à faire souffler un vent d’espoir, d’optimisme et de fierté dans les Hautes-Laurentides.

Le député de Laurentides-Labelle, David Graham, qui avait fait de l’arrivée d’Internet haute vitesse un cheval de bataille à l’issue de sa campagne de 2015, a de quoi se réjouir également. « C’est une fierté énorme, reconnaît le fondateur du Caucus rural libéral, qui ne cesse de répéter à qui veut l’entendre que les régions rurales du Canada doivent pouvoir compter sur un service Internet de qualité si elles veulent participer et tirer profit de l’économie moderne.

« J’ai le sentiment d’avoir fait la différence, ajoute le député. À Ottawa, il n’y a pas un député qui ne sait pas que je travaille fort pour le déploiement d’Internet haute vitesse en région. J’ai contribué à brancher 18 communautés de ma circonscription sur 43. » Rappelons qu’un dollar fédéral sur sept octroyés pour l’ensemble des projets au Québec, a été investi dans le comté de Laurentides-Labelle et notamment en soutien au projet local « Brancher Antoine-Labelle ».

Pour lui, la leçon à retenir de ce grand succès collectif, c’est que « Quand on travaille ensemble, on peut faire ce qu’on veut ».

Un impact qui sera déterminant pour la région

Un sentiment partagé par le président du Comité Internet de la MRC d’Antoine-Labelle et maire de Chute-Saint-Philippe, Normand St-Amour : « Quand une région se mobilise au complet sur un même point, on est capable d’aller chercher des partenaires, ça se fait bien. Et à Québec et Ottawa, ils sont contents d’être partenaires d’une région qui se tient et qui veut se développer. Ils sont contents d’aider. On a du potentiel ici; est-ce qu’on peut croire en nous? Parce que le discours général, c’est tout le temps “on est pauvre, on est démuni, on n’est pas capable”. Non. Là on a dit : “on est capable, on y va comme ça et on ne vise pas le moins pire, mais le meilleur”. Faut viser plus haut, pas essayer seulement de ne pas descendre. Faut avoir une vision de développement et d’innovation. C’est une belle réussite et il faut baser là-dessus pour en créer d’autres comme ça. »

Comme l’a rappelé le maire de Ferme-Neuve et préfet de la MRC d’Antoine-Labelle, Gilbert Pilote, « Le réseau de fibre optique sera déterminant pour le développement économique, social et culturel de la région et aura un impact majeur pour l’occupation dynamique du territoire. »

« La leçon première qu’on a eu – et ça, ç’a m’a été répété plusieurs fois par mes contacts à Québec – c’est : “quand votre MRC parle de la même façon, ça nous fait plaisir de vous aider. La 117, quand on va tous parler de la même façon, on va l’avoir”. » - Normand St-Amour

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel