Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
1 décembre 2017

À la suite du dépôt d’une pétition de plus de 150 signatures

Nominingue doit se pencher sur l’absence de conduites d’égouts

Lors de la dernière séance du conseil municipal de Nominingue, le citoyen Normand Charbonneau a déposé la pétition de plus de 150 signatures qu’il a mise en œuvre il y a quelques semaines. C’est une requête: que la municipalité se penche sur l’absence de conduites d’égouts dans le noyau villageois. Un frein à l’économie disent trois personnes interpelées par le journal à ce sujet.

Ronald McGregor - Info Nord

Le club et hôtel du golf de Nominingue espère qu’un système de canalisation des eaux usées sera réalisé, car l’on prévoit des investissements (photo : Ronald McGregor – L’Information du Nord).
Le club et hôtel du golf de Nominingue espère qu’un système de canalisation des eaux usées sera réalisé, car l’on prévoit des investissements (photo : Ronald McGregor – L’Information du Nord).

« Le maire Décarie m’a dit que la pétition c’est parfait, car ça donnait un son de cloche de la population », dit M. Charbonneau. Sur l’objet de la pétition, il explique que dans le village la nappe phréatique est très haute au printemps et ça cause des problèmes. « Les puisards débordent pour beaucoup de gens et beaucoup de ces puisards sont désuets. Comme ça coûte cher pour les refaire, autant pour les commerçants, dont un qui doit les vider deux fois par année, il fallait que la ville s’en mêle. Il faut un système d’égouts. J’ai l’impression que le maire va faire ce qui doit être fait. »

Normand Charbonneau, tout comme le maire Georges Décarie, sait que les travaux de canalisations des eaux usées sont importants, car le développement est en jeu et l’une des entreprises phares de Nominingue attend avant d’investir d’importantes sommes d’argent en aménagement: le club et hôtel de golf. Soulignons que M. Charbonneau a déjà été actionnaire dans cette entreprise.

Pendant ce temps à l’hôtel de ville

Le maire Décarie est conscient du besoin criant de ces travaux et déplore que la municipalité n’ait pas agi plus tôt, historiquement parlant. Il y a des frais faramineux liés aux travaux et, auparavant, le génie civil doit y voir. L’élu, son équipe et les cadres vont se pencher sur le sujet puisque l’élaboration du budget 2018 est en cours. « On va évaluer et réfléchir à la possibilité d’y donner suite, mais c’est clair que c’est un projet énorme, gigantesque. »

Le problème majeur selon le maire repose sur le fait que la nappe phréatique est élevée, comme l’a exprimé M. Charbonneau. Il ajoute qu’à certains endroits, en temps normal, elle est à environ un mètre de la surface. Les services d’un génie civil s’avèrent donc nécessaires. « Pour la faisabilité des travaux en premier et deuxièmement pour les coûts. Parce que ça peut nous jouer des tours. Il faudra regarder pour les subventions suffisamment importantes: si l’on est subventionné à 95% c’est plus facile qu’à 50%. » C’est auprès du Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) que ce point se jouera. Le maire, qui chiffre les travaux à plusieurs millions, espère que la municipalité pourra dégager « des sous » pour l’évaluation à faire dès que possible. Des travaux qui seraient en premier lieu dans le périmètre urbain.

Ce qui pèse aussi dans la réflexion des élus, ce sont les projets d’investissements, dont celui du club et hôtel du golf. Réal Croisetière, copropriétaire de l’établissement, affirme qu’effectivement il aimerait aménager une quinzaine de chambres et aménager un terrain de camping pour VR sur le côté du « driving » face à l’hôtel. « Sauf que ça prend des installations d’égouts adéquates. Présentement, une roulotte qui arrive, on ne sait pas où la diriger pour sa vidange d’eaux usées. Ceci étant dit, je sais que ce n’est pas demain qu’on lève la coupe. Si le système se met à jour, c’est certain par contre qu’il y a des investissements qui se feront dans le village. Et le plus tôt le mieux. »

« Pour moi c’est faisable, c’est la question des bassins qui est problématique, de conclure Georges Décarie. Où devrait-on passer les conduites ? C’est ça que l’on doit évaluer. »

« Nominingue est de bonne foi ? Je pense que oui. » – Normand Charbonneau

Partager:

Ronald McGregor - Info Nord