Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
10 octobre 2017

Éthique et déontologie

La Commission municipale du Québec met fin à son enquête sur Frank Crépeau

La Commission municipale du Québec (CMQ) a annulé les audiences publiques qui étaient prévues à Mont-Laurier les 11, 12 et 13 octobre prochains, car elle a mis fin à l’enquête en éthique et déontologie qui visait le conseiller municipal Frank Crépeau depuis le mois de février dernier.

Simon Dominé , Rédacteur en chef

La Commission municipale du Québec met fin à son enquête sur Frank Crépeau (photo : archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).
La Commission municipale du Québec met fin à son enquête sur Frank Crépeau (photo : archives – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Dans une lettre adressée à M. Crépeau en date du 13 septembre 2017 et dont Le Courant a obtenu copie, Céline Lahaie, notaire pour la CMQ explique que les audiences ont été annulées, « puisque le juge a accueilli la requête de la procureure de la Commission de mettre fin à l’enquête ».

Rappelons que le 7 novembre 2016, les conseillers municipaux Denis Éthier, Daniel Bourdon et Lise Clément avaient affirmé à la CMQ « avoir des motifs raisonnables de croire » que M. Crépeau avait enfreint une règle à son code d’éthique et de déontologie. Le 20 février 2017, CMQ avait décidé de faire enquête.

Les trois conseillers municipaux voulaient s’assurer que des fonctionnaires municipaux n’avaient pas subi de pression politique et administrative, afin de favoriser les affaires personnelles de M. Crépeau.

Par ailleurs, ils reprochaient à leur collègue de n’avoir pas divulgué au conseil municipal des liens d’affaires avec un entrepreneur, alors que ce dernier était engagé dans une poursuite judicaire avec la Ville de Mont-Laurier.

Aucun regret

Daniel Bourdon a réagi le 5 octobre en expliquant qu’il prenait acte de la décision de la CMQ. « On va respecter la décision de la commission », a-t-il dit, estimant que la démarche qu’il avait entreprise avec les deux autres conseiller municipaux était « correcte et objective ». M. Bourdon n’a manifesté aucun regret d’avoir soumis un dossier de plainte à la CMQ. « Si c’était à refaire, on referait la même chose », a-t-il poursuivi. M. Bourdon pense qu’il était de son devoir d’élu municipal d’entreprendre une telle démarche.

Frank Crépeau crie victoire

Le même jour, Frank Crépeau a indiqué au Courant qu’il estimait qu’avec cette décision, la CMQ venait de confirmer qu’il n’avait commis aucun acte répréhensible à titre de conseiller municipal à la Ville de Mont-Laurier.

« De mon côté, à titre de conseiller municipal, j’estime avoir subi une campagne de salissage basée sur des faits erronés, des interprétations douteuses et beaucoup de mauvaises foi de la part de mes trois anciens collègues, a déclaré M. Crépeau au Courant. Sur cette base, des procédures légales seront d’ailleurs prisent au cours des prochaines semaines. »

« J’estime avoir subi une campagne de salissage basée sur des faits erronés, des interprétations douteuses et beaucoup de mauvaises foi de la part de mes trois anciens collègues. » - Frank Crépeau

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel