Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
10 octobre 2017

Élections municipales

Daniel Bourdon, nouveau maire de Mont-Laurier

Puisque personne d’autre que lui n’a posé sa candidature à la mairie de Mont-Laurier avant la date butoir du 6 octobre, Daniel Bourdon succède par acclamation à Michel Adrien à la tête de la plus grosse ville des Hautes-Laurentides. S’il n’a pas eu l’occasion d’en débattre publiquement, faute d’adversaire, il a présenté au Courant non pas ses promesses électorales, mais plutôt son plan d’action.

Alexandre Dubé , Journaliste

Mis à part Isabel Vaillancourt qui affrontera Myriam Guénette pour un poste de conseillère municipale, l’Équipe de Daniel Bourdon a remporté l’élection municipale de Mont-Laurier par acclamation (photo : Alexandre Dubé – Le Courant des Hautes-Laurentides).
Mis à part Isabel Vaillancourt qui affrontera Myriam Guénette pour un poste de conseillère municipale, l’Équipe de Daniel Bourdon a remporté l’élection municipale de Mont-Laurier par acclamation (photo : Alexandre Dubé – Le Courant des Hautes-Laurentides).

Dès son entrée en fonction, Daniel Bourdon aura bien du pain sur la planche : préparation du budget 2018, rencontre avec le directeur général et les fonctionnaires-cadres pour entendre leurs priorités, renégocier les conventions collectives des employés de la Ville qui sont échues depuis 2 ans, etc.

La culture n’est plus la priorité

Le nouveau maire considère que « la culture a été avantagée » dans les dernières années, qu’aujourd’hui « la ville est bien dotée au niveau culturel » et qu’elle « n’a plus à envier personne ». Son administration compte donc revoir les priorités de la Ville : « Moi je pense que là on est rendu à une autre étape, il faut aller sur le côté du développement économique. »

Un des plus grands défis de Mont-Laurier sera, selon lui, de pallier au vieillissement de la population. Afin d’y parvenir, il soutient que « le développement économique c’est la base si on veut garder nos jeunes et en attirer des nouveaux ». Il compte donc « travailler pour aller chercher des jeunes qui viennent s’établir chez nous » et espère que sous sa gouverne il se « crée des emplois avec une rémunération quand même intéressante ».

Le CCML pour attirer des jeunes

Autre idée pour conserver nos jeunes et en attirer de nouveaux : Daniel Bourdon considère qu’« À Mont-Laurier on a la chance d’avoir un cégep et une université » et que « Le conseil municipal peut très bien supporter ces organisations-là, soit pour agrandir des locaux, soit pour demander au ministère d’accorder de nouveaux programmes ».

Il a déjà fait des approches auprès du Centre local de développement (CLD) d’Antoine-Labelle et du Centre collégial de Mont-Laurier (CCML) pour qu’on étudie l’option de créer une attestation d’études collégiales en agriculture parce qu’« Il y a beaucoup d’agriculteurs qui doivent partir de Mont-Laurier pour aller se faire former au niveau administratif à l’extérieur ». Un tel programme pourrait même, selon lui, attirer « des gens de l’extérieur, qui vont venir ici et qui peuvent s’acheter une terre ici qui, comparativement à d’autres régions, sont quand même abordables ».

La priorité au développement économique

Le développement économique est le pilier central du plan d’action de l’Équipe Bourdon qui, contrairement à l’administration Adrien, croit qu’il faut « se déplacer, et non pas attendre que [les entreprises] viennent nous voir ». Le nouveau maire affirme d’ailleurs que ça ne le dérangerait pas « d’aller à Montréal aller-retour pour rencontrer pendant 15 minutes quelqu’un qui veut investir » à Mont-Laurier.

Il explique sa formule 80-20 : « 80% de nos démarches devront être faites avec des entreprises du milieu pour regarder avec elles de quelles façons elles pourraient prendre de l’expansion […] L’autre 20%, c’est d’aller solliciter des entreprises pour qu’elles viennent s’établir chez nous. »

Pour illustrer qu’il est possible d’attirer de grandes entreprises dans la région, M. Bourdon donne l’exemple de la compagnie Saputo, dont il a été en partie responsable de l’implantation à Mont-Laurier dans les années 80, alors qu’il était âgé dans la vingtaine et qu’il siégeait déjà au conseil municipal.

Un maire à l’écoute de ses conseillers

Dans les dernières années, tant Daniel Bourdon que Denis Éthier et Lise Clément ont eu maille à partir à quelques reprises avec l’ancien maire, Michel Adrien. Bon nombre de fois durant l’entrevue, il a répondu qu’il devrait s’asseoir avec ses conseillers avant de prendre position pour ne pas leur imposer son opinion personnelle.

Il en va de même pour son futur vote à la préfecture de la MRC d’Antoine-Labelle : « Je vais en discuter avec les six conseillers de la ville et on va trouver un consensus […] Je vais voter pour la personne que le conseil de ville aura choisie, et non pas juste le maire de la Ville de Mont-Laurier. »

Stimuler la démocratie municipale et l’implication citoyenne

L’administration Bourdon tentera de rendre les conseils municipaux plus conviviaux, une tâche colossale. Pour ce faire, le nouveau maire souhaite que chacun des conseillers responsables d’un dossier explique les résolutions plutôt que de simplement les lire avec « à peu près jamais d’explications » comme c’est le cas actuellement.

Il a également l’intention de « modifier le règlement concernant les assemblées publiques pour permettre au conseil municipal de tenir trois assemblées par année à l’extérieur de l’hôtel de ville ».

Il aimerait notamment en tenir une à la salle communautaire de Val-Limoges pour se « rapprocher des gens » de ce secteur, une autre à la Maison des jeunes pour que « les jeunes voient comment fonctionne un conseil municipal » et, si possible, une troisième aux Habitations Antoine-Labelle parce qu’il y a des gens qui « malheureusement ne peuvent pas se déplacer ». Lors de ces conseils spéciaux, le maire et ses conseillers se présenteront environ une heure à l’avance pour échanger avec les citoyens, beigne et café à la main. C

«On veut que les gens sentent quand ils viennent au conseil qu’on les écoute et qu’on les respecte.» - Daniel Bourdon

« On va lancer notre ligne 100 fois à l’eau et, un moment donné, c’est sûr qu’on va pogner un poisson. » - Daniel Bourdon. maire de Mont-Laurier

Partager:

Alexandre Dubé , Journaliste

  • Courriel