Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
7 septembre 2017

Coût de 6 M $ pour un sanctuaire des anges

La campagne de financement est lancée

Alain Gérard poursuit son rêve d’implanter dès 2018 un sanctuaire des anges à Ferme-Neuve, ceci en vue d’accueillir 1 000 animaux (chats et chiens) en plus de créer de 40 à 60 emplois. La structure administrative étant complétée, l’organisme à but non lucratif Projet Meilleurs Amis se lance maintenant dans une vaste campagne de financement.

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

Le conseil d’administration de l’organisme Projet Meilleurs Amis: Cassandre Gérard, secrétaire Ghislaine Soly, trésorière, Alain Gérard, président et Véronique Henri, vice-présidente (photo: Murielle Yockell - Le Courant des Hautes-Laurentides).
Le conseil d’administration de l’organisme Projet Meilleurs Amis: Cassandre Gérard, secrétaire Ghislaine Soly, trésorière, Alain Gérard, président et Véronique Henri, vice-présidente (photo: Murielle Yockell - Le Courant des Hautes-Laurentides).

Le 2 septembre dernier à Ferme-Neuve, une quarantaine de personnes ont assisté au coup d’envoi de la campagne de financement. L’objectif était d’informer et motiver les gens de la région afin qu’ils participent à leur propre prospérité. Comment? En partageant la page Facebook du Sanctuaire des anges et en faisant connaître le site web de l’organisme. « C’est un projet rassembleur qui comprend deux objectifs: l’apport économique (de la région) et sauver des centaines de chats et de chiens au Québec », souligne le président de l’organisme, Alain Gérard. Sur ce, il invitait les gens à faire un don, soit en argent ou en biens, ou à donner leur nom tout en précisant quel genre d’implication ils souhaitent apporter.

Projet de 6 M $

La mise en place du sanctuaire, tel que décrit dans notre édition du 9 mai dernier, est estimée à environ 6 millions de dollars. Pour ce qui est de son budget d’opérations, celui-ci représente de 3 à 4 millions de dollars annuellement. Après avoir sillonné le Québec pour s’assurer de l’appui des refuges, histoire d’avoir des animaux, le président sollicitera lui-même des commanditaires d’envergure provinciale, nationale, et même internationale.

La mission

Le sanctuaire viendra épauler les refuges du Québec en accueillant leurs animaux qui sont en situation létale et qui pourraient vivre un peu plus longtemps en étant au sanctuaire, ou encore ceux considérés comme étant difficiles, voire même dangereux (comme les pitbulls). Comme il y aura beaucoup d’animaux, l’embauche de gens spécialisés est très importante afin de pouvoir s’en occuper à temps plein, sans oublier les bénévoles.

La mission du sanctuaire est de faire en sorte qu’il n’y ait plus d’animaux abandonnés ou maltraités. Les principes suivants y seront appliqués: traiter tous les animaux comme on aimerait être traité; leur démontrer de la compassion et du respect; exercer un leadership par l’exemple; développer, promouvoir et partager des grandes idées et des programmes pour aider les animaux; faire selon les engagements de l’organisme; ne pas pratiquer d’euthanasie sauf lorsque la science médicale n’aura pu trouver d’autre issue. Ces principes seront aussi respectés à la lettre: ne pas faire souffrir l’animal de faim, de soif ou d’inconfort; qu’il soit exempt de douleurs, de blessures et de maladies; lui laisser la liberté d’exprimer des comportements normaux; le protéger de la peur et de la détresse et que le sanctuaire soit toujours à la fine pointe des pratiques reconnues.

Suite à la construction du sanctuaire, le Projet Meilleurs Amis compte « proposer des solutions concrètes afin d’intervenir en amont (des problèmes) en termes législatifs, de financement des refuges et de gestion administrative de la population canine et féline du Québec », assure le président.

Réaction du maire

Pour le maire de Ferme-neuve, Gilbert Pilote, la perspective de création d’emplois spécialisés et de grandes retombées économiques ferait le bonheur de n’importe quelle municipalité. Il y a toutefois un plan de match à suivre et un plan de financement à faire, soutient M. Pilote.

« On va essayer de l’accompagner au fur et à mesure dans la réalisation de son projet, mais il y a beaucoup de chemin à parcourir et on souhaite que cela fonctionne bien et exactement comme M. Gérard le décrit. On serait les gens les plus heureux, non seulement à Ferme-Neuve, mais aussi dans toute la région, car on parle de différents corps de métier intéressants et lucratifs en plus des retombées économiques très intéressantes pour la région. On aimerait beaucoup que cela se réalise », concluait le maire.C

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste-pigiste

  • Courriel