Suivez le courant!       819 623-7374
Partager:
11 juillet 2017

Vermont Quilt Festival

Une courtepointière de Lac-des-Écorces décroche les grands honneurs

Sylvie-Anne Ouimet a vécu beaucoup d’émotions du 23 au 25 juin dernier: elle s’est méritée deux rubans pour sa courtepointe et… s’est cassée une dent et l’a avalée quelques minutes avant de recevoir ses prix!

Avec un pointage de 97%, l’œuvre de Sylvie-Anne Ouimet a récolté le premier prix de sa catégorie ainsi qu’une distinction pour le choix de la juge (photo: gracieuseté - Clichés et Atelier).
Avec un pointage de 97%, l’œuvre de Sylvie-Anne Ouimet a récolté le premier prix de sa catégorie ainsi qu’une distinction pour le choix de la juge (photo: gracieuseté - Clichés et Atelier).

Le Vermont Quilt Festival est le plus vieux et plus gros festival de courtepointes de Nouvelle-Angleterre. Cette année, 230 courtepointiers et courtepointières y ont soumis leurs œuvres à l’appréciation des juges, dont 17 dans la catégorie de Mme Ouimet.

Sa courtepointe, intitulée «Heart Attack», lui a valu un pointage de 97%, un ruban bleu et la première place de sa catégorie. À l’annonce de cette récompense, Sylvie-Anne était «ravie, quoique sous le choc, car quelques minutes avant la remise des rubans, [elle s’est] cassée une dent et, comble de malheur, [elle l’a] avalée».

«Je n’étais pas à la fin de mes surprises»

L’aventure de la courtepointière écorçoise tirait à sa fin, mais n’était pas terminée pour autant. Une juge s’est mise à parler d’une pièce «qui l’a impressionné au plus haut point», qui était de sa couleur préférée, le pourpre, et que pendant les trois jours du festival, chaque fois qu’elle passait devant, elle n’avait qu’un désir: la ramener chez elle. Elle a ajouté que «de près, on pouvait apprécier le travail des 1001 points de fantaisie, les rubans, laine, fils de soie ou métalliques qui l’ornaient» avant de prononcer le nom de Sylvie-Anne.

Abasourdie, ses amies courtepointières ont du la pousser de sa chaise pour qu’elle aille chercher son prix, le ruban du choix de la juge. «C’était beaucoup à la fois… le maux de dent, la première place et ce grand honneur, le choix de la juge», confie Sylvie-Anne.

L’origine de l’œuvre

Pour Mme Ouimet, «L’hiver a été long et difficile et [elle avait] un grand besoin de mettre de la couleur dans [sa] vie». L’idée lui est donc venue de créer une pièce très colorée et texturée: «Cette pièce était en effet si colorée qu’elle faisait battre mon cœur plus rapidement… C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de lui donner le titre de Heart Attack». C

Partager: